LISEZ LE RÈGLEMENT & LE SYNOPSIS DU RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Haytham A'raali Ghazi

Aller en bas 
AuteurMessage
superobuste

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 04/04/2018

MessageSujet: Haytham A'raali Ghazi   Mar 3 Juil - 22:16

Le Début de la Fin.

Sur la colline reliant la cascade cérémoniale se trouvait une horde d’habitants à l’attirail unique et traditionnel. Des instruments de percussion résonnaient partout, et une danse accompagnée d’un chant criard parcouraient les environs à chaque fois qu’on tapait la surface du sol. Moi ? Je me tenais au milieu, le torse nu, les mains brassant le vide, et le sourire aux lèvres ; tandis que face à moi, un énorme colosse avec sur la tête, une peau de Gorille blanc dont le pelage allait jusqu’à sa taille, semblait fracasser ses poings contre sa poitrine dans un bruit de Gong. C’était M’Bara, jeune prometteur de la tribu des Jabari. Bien que son faciès rude et terne ne le montre pas, j’étais en bons termes avec cette tribu recluse du Wakanda.
Le combat commença, et M’Bara me fusa dessus avant d’asséner un poing gauche descendant en ma direction. Plus petit, je n’avais aucun problème à exercer une roulade pour finir derrière son énorme gabarit. Je sentis le sol craquer suite à l’impact, mais rien ne me retint de fracasser son poing gauche à son arrière-genou gauche pour le faire chuter. M’Bara faisait toujours la même erreur, miser sur sa force brute sans pour autant garder ses arrières … Et puis, ça reste un homme, nos faiblesses sont à peu près les mêmes. Le Colosse, genou à terre, faillit réduire ma mâchoire en miettes d’un coup de coude vers l'arrière si je n’avais pas eu le réflexe de me rabaisser de nouveau. Tournant autour de lui comme une toupie, il fallait avouer que mon dernier combat au Wakanda me faisait preuve d’amusement car, je partirai ce soir pour l’Amérique, ou plus précisément, une île entre les States et l’Europe. J’avais bondi en arrière, et je laissai donc M’Bara récupérer ses erreurs pour faire durer le combat. Mais les Dora Milaje semblaient soucieuses, et plus le combat durait, plus l’étau que formaient les Jabari & les guerrières d’élite se resserrait, nous confinant donc à un espace semi-circulaire de moins de deux mètres de diamètre. Derrière ? Il n’y avait rien, probablement une chute d’une centaine de mètres pour finir dans de l’eau froide. « Désolé M’Bara !! » criai-je avant de fuser en sa direction. Le Gorille, attentif, attendit que j’arrive à sa portée (qui est extraordinairement énorme), pour m’asséner un jab du poing gauche, je le lui avais appris comme on faisait dans les rues du Maroc. Je dois avouer que ça m’a fait plaisir de le voir exécuter ce coup avec tant de vitesse mais … Le Corps à corps a toujours été un domaine dans lequel j’excellais, il m’avait fallu de pencher mon haut du corps vers l’extrême gauche, pour ensuite glisser et profiter de l’eau au sol pour un Boost de vitesse. « Crac », ce fut le son qui fit arrêter les percussions, lorsque mon poing gauche entra en contact avec les côtes de M’Bara qui se tordit de douleur.
Le combat fini, je haletais quelques secondes avant de reprendre mon souffle : La formation qu’on subit au Wakanda est des plus dures, ce n’est pas pour rien que les meilleurs guerriers soient tous réunis ici. J’arrivai alors vers M’Bara qui, bien que fêlé, paraissait solide, et se releva avec le sourire. Je lui tendis la main, et il fit pareil avant de me saisir l’avant-bras pour se relever.
- « Tout va bien mon pote ? Lui demandais-je avec le sourire
- Dire que je croyais te battre comme la première fois où tu étais venu, tu vas me manquer, N’Baga. Rajouta froidement l’énorme gorille avant de me taper l’épaule avec violence »
Tout le public se marra de rire, je terminai la cérémonie de mon départ, me sapai en casual, et passai chez la vieille Chaman comme le voulut la tradition … Mais aussi parce que ma mère voulait que « Bast » me bénisse. Entré dans sa tente, la vieille dame me sourit en soulevant son avant-bras gauche afin de m’inciter à m’asseoir, ce que je fis, sur un rondin en paille. Elle me parla longtemps, mais ce fut intéressant … Tout le monde comptait sur moi ici, même le Roi. Partir aux Etats-Unis est en soit une mission pour dénicher les cartels de trafic du Vibranium, minerai souverain au Wakanda, 10 000 $. Mais bon, ça a toujours été difficile de dénigrer Bast, la déesse Panthère ici, c’est leur religion-mère après tout. Bast ? C’est une créature d’une race extraterrestre, je n’ose pas le leur dire mais je le sais. Moi, tout comme mon père, je crois en Dieu. Et puis c’est tout, mais je sais très bien que Bast existe elle aussi, alors autant prier plus grand que Bast.
- « Tu ne reviendras peut-être jamais, N’Baga. Dit alors la Chaman d’une voix tremblotante, en train de broyer quelques ingrédients dans le mortier sans pour autant relever le regard en ma direction.
- C’est peut-être le cas mais, j’aurais mené ma mission à bien … Hey mais, c’est la première fois que vous m’appelez N’Baga Chaman. Dis-je assez interloqué, les sourcils arqués.
- Héhéhé … Et je ne suis pas la seule, tout le Wakanda croit en toi à présent, tu n’es plus cet homme aux origines doubles, tu es l’un des nôtres … Rajouta celle-ci d’un ton assez solennel qui me fit vibrer. Elle versa en même temps le contenu de son mortier dans une sorte de canal en bois, le liquide semblait assez dense au vu de sa lourde masse et de son lent écoulement jusqu’en direction d’un petit pot en cuivre chaud-bouillant par les flammes qui l’alimentaient d’en bas. J’observais ce spectacle silencieusement, avant que la vieille n’éteigne les flammes d’un simplet soufflet.
- Il est temps pour toi. Annonça la Chaman d’un air assez dur qui entra en contraste avec sa nature paisible de vieillotte. En effet, elle saisit le pot refroidi de sa main gauche, avant d’agripper une sorte de plume à l’extrémité pointue, et à sa bouche, une succession de paroles inaudibles … Je comprenais parfaitement le Wakandais, mais ce qu’elle disait, était aussi vieux que cette Terre.
D’un geste de tête, elle m’ordonna de lui tendre le bras gauche, et la vieille enfonça son « crayon » dans cette encre au pot, pour commencer à me perforer le bras qui perla de ruisseaux de sang. Je gardai mon calme, j’avais vécu pire après tout. Et je laissai la vieille faire son travail, la chair percée, et de l’encre autour en deux bandes à proximité du coude sur l’avant-bras, l’une plus volumineuse que l’autre, en tatouage basique mais aux nombreuses symboliques. J’avais le front en sueur, et je me relevai directement.
- Haytham. Rajouta la vieille, alors que j’étais à un pas de quitter sa demeure, je la regardai par-dessus mon épaule. Puis celle-ci rajouta : Prends soin de toi, mon neveu.
- Merci grand-mère ». Ce fut la seule chose que je pouvais faire en ce moment, quitter ma famille maternelle … Non, quitter ma famille qu’est le Wakanda.
Alors que les premières lueurs de l’Aube parsemaient le ciel, j’étais déjà debout devant un Jet en Raie Manta, mes bagages à mes pieds, la main droite serrant le lieu où je m’étais fait tatouer. Les Wakandais se lèvent tôt mais … Aujourd’hui, je fus plus matinal que d’habitude. Un Agent envoyé par le Black Panther m’invita à monter, ce que je fis sans hésitation, mon cœur et ma tête plongés dans les songes d’hier-soir… Cette conversation avec ma mère, et ce que mon père m’avait envoyé comme cadeau de bonne chance pour avoir déniché mon « premier job ». Si seulement il savait !!
Le Cockpit était sophistiqué, toute comme le squelette de cet appareil car, la moindre des créations ici, retient en elle un fragment de Vibranium. Le soleil semblait se frayer passage entre nuages et quelques étoiles au ciel dégagé, mais aussi parmi les montagnes. J’ai toujours admiré le Jardin d’Eden qu’est le Wakanda, et l’idée de ne plus le revoir à jamais me fait une drôle de sensation. « Adieu », me répétais-je dans la tête, en fixant une dernière fois le sol de la Capitale, main sur la fenêtre. Mais une fois les lieux bénis et éclairés par les rayons du grand Soleil, j’arrivai enfin à discerner les silhouettes dans tout le Pays qui témoignaient de mon départ, l’avant-bras gauche en direction de l’épaule droite et vice-versa … « Wakanda Forever », j’avais compris le message et je faillis verser une larme mais … Ce serait les déshonorer, eux, qui croient en moi. Je fis de même, les sourcils froncés, déterminé. Je mènerai ma mission à bien, mon pays compte sur moi.
; color:black;">Informations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Haytham A'raali Ghazi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Xavier's School RPG :: Bienvenue :: Background-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: